¤ Tests skis et matos

Ces tests concernent le matériel lié au ski en haute montagne et au ski de randonnée.

Skis






Fixations



Vêtements


Les tests du Pays de neige

Nos test ne concernent ni le ski sur piste, ni le ski freeride, ni la compétition. Il concerne le matériel destiné au ski en haute montagne, dit aussi ski alpinisme, ou le ski de randonnée classique et enfin la « freerando » plus ludique. Les labels ski de haute montagne et ski de randonnée, notent l’adaptation aux conditions spécifiques de chacune des pratiques. Les testeurs, Cécile Thomas (guide de haute montagne) et Patrick Juignet (médecin montagnard) ne travaillent pas, ne possèdent pas de parts et ne reçoivent pas de fonds des marques citées. Ils peuvent conseiller ou participer à la mise au point du matériel.

Le label Ski de Haute Montagne

Le label note d’abord la fiabilité et la sécurité dont on a besoin lorsque les conditions sont difficiles. La légèreté est importante, car le dénivelé positif est toujours élevé.

Pour les skis, l’accroche sur le dur est primordiale, car on peut toujours être amené, et parfois à l’improviste , à se retrouver sur une pente raide et glacée. Si les skis ne tiennent pas, l’accident est assuré. Le manque d’accroche est donc un critère éliminatoire du label.

Pour les fixations, la légèreté, la rigidité latérale, la proximité avec le ski sont importantes. La sécurité de déclenchement est prise en compte, mais il n’y a pas de norme probante pour ce matériel léger.

Pour ce qui est vêtements, crampons, baudriers, cordes, etc., ils doivent être légers, mais aptes à affronter des conditions difficiles, si elles se présentent. Un anorak, même excellent, s’il n’est pas imperméable sera exclu du label, car une grosse pluie ne peut jamais être exclue.

Ce matériel est « technique » et il demande un bon savoir-faire pour être exploité. Il peut desservir les débutants.

Le label Ski de Randonnée

Le ski de randonnée et la « freerando » se caractérisent par un parcours en montagne dans des conditions moins rudes. La légèreté du matériel est moins importante et on privilégie la facilité d’emploi et le confort.

Pour les skis, ils sont plus larges et plus accessibles, prévus pour faciliter la descente, qui peut être ainsi plus ludique. Pour les fixations, la légèreté compte, mais elle est moins importante et la sécurité de déclenchement devient un critère essentiel.

Pour les vêtements, on accepte éventuellement un poids plus élevé pour plus de confort et d’isolation. On ne leur demande pas une protection maximale, mais d’être polyvalents.

L’accessibilité et la facilité sont des points positifs.