Vivre au Pays de neige

Vivre au Pays de neige, c’est faire l’expérience particulière d’un entre-deux : entre le pays des hommes et le pays de la sérénité blanche. Sans cesse, l’un et l’autre se côtoient, interfèrent, s’interpellent.

To live in the Land of Snow is to experience an in-between : between the country of men and the country of white serenity. Ceaselessly, one and the other interfere togewer.

La montagne indifférente

La montagne est indifférente à la décoration de Noël. Et pourtant, l’une et l’autre se regardent et s’interpellent.

La montagne indifférente

Le village sous la neige

La neige, lorsqu’elle tombe en abondance, pour un temps, recouvre de paix et de silence le village des hommes.

Le clocher sous la neige

Rails vers l’infini

Si on y prête attention, le banal peut tendre vers l’infini, il suffit que la lumière et la neige nous fassent signe sur les rails d’une voie unique.

Rails vers l’infini

À un câble suspendu

La cabine vide, au soleil pâle d’une fin de journée nostalgique, reflète l’interstice où se glisse le Pays de neige dans le quotidien le plus ordinaire.

Le téléphérique vide

S’orienter

Au-dessus de Saint-Christophe-en-Oisan, la table d’orientation semble submergée. Être désorienté dans le paysage donne l’occasion de se retourner vers soi pour mieux orienter sa vie. En montagne, la lumière du ciel invite, au-delà des tracas quotidiens, à poursuivre vers son idéal.

Désorientation

Vivre le danger

Dans le vallon de Bérard, la coulée s’est transformée en avalanche de poudreuse. Le spectacle est grandiose, mais le danger présent. Vivre au Pays de neige impose de cheminer au sein d’un milieu hostile, ce qui demande de choisir la bonne voie et de savoir renoncer.

Cascade de poudreuse

Affronter l’immensité

Lorsqu’elle devient immense, la montagne fait ressentir à chacun sa limite. Dans ce glacier du Pérou, la personne engagée dans l’éboulis semble minuscule au milieu des blocs.

Affronter l’immensité

Émerveillement matinal

Émerveillement d’un paysage limpide et propre, tout de neige revêtu, au début d’une nouvelle journée, comme si c’était celle d’un monde recommencé.

Emerveillement matinal

Retour au chalet

L’effort accomplit, on ressent une « bonne fatigue ». D’autant plus lorsque, de retour au chalet, le soleil délave avec douceur ses derniers pastels dans la paix du soir.

Retour au chalet

En soirée

Le bois baigné par une lumière chaude donne aux soirées une ambiance chaleureuse et apaisante.

Ambiance bois

Joie du sommet

Arrivé au sommet on se sent libéré, on est comme un oiseau planant sans effort au dessus du paysage.

Sommet de la Grande Casse

Vers les hauteurs

Une belle course mène vers les hauteurs, là où les à pics vertigineux laissent des souvenirs inoubliables.

Sommet des Drus

La neige sans répit

Quand la neige tombe sans répit, c’est l’occasion d’une réflexion sur la vie et la mort, car, dans de telles conditions, la vie est précaire et tient à l’abri bienveillant que l’on a pu trouver.

La neige sans répit

Lumière dans la nuit

Une lumière dans l’obscurité rappelle combien il est bon d’avoir un abri lors d’une tempête nocturne. Bien au chaud à l’intérieur, c’est l’occasion de moments méditatifs au cours d’un temps arrêté par le sifflement lancinant du vent dans la nuit.

Lumière dans la nuit
Lumière dans la nuit

Retour à la maison

Les intempéries rendent la petite maison protectrice qui nous accueille encore plus douillette et chaleureuse.

Petite maison